Présentations orales faites le 17 septembre par les CEN et l

Aller en bas

Présentations orales faites le 17 septembre par les CEN et l

Message  Rénald CEN le Lun 17 Sep - 23:16

Afin que chacun ait accés aux sujets présentés ce matin, ca serait cool que chaque groupe dépose son exposé sur le Forum. Ca pourrait intéressé tout le monde alors à bon entendeur.... Smile
avatar
Rénald CEN

Messages : 66
Date d'inscription : 14/09/2007
Age : 37
Localisation : Western Australia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le type de poste pouvant intéresser un sortant de licence pr

Message  Elodie (VEN) le Mar 18 Sep - 0:43

Le type de poste pouvant intéresser un sortant de licence pro dans le domaine du conseil agricole : définition des compétences requises



Les formations proposées par l’Université de Reims Champagne Ardennes de Licence professionnelle permettent aux titulaires d'un bac+2 que se soit BTSA, DUT biologie ou de 4 premiers semestres validés de la licence SVT d’accéder à une formation professionnalisante et de pouvoir faire valoir à l’issu de ce cursus ses compétences auprès d’une entreprise grâce à une mission professionnelle de quatre à six mois.
Dans le domaine de la production, le statut de conseiller agricole à pour but d’effectuer l’interface entre les agriculteurs et les organismes privés ou publics qui emploi le conseiller agricole.
Afin d’exposer les différents postes susceptible d’intéresser un sortant de licence pro dans le domaine du conseil agricole, on détaillera tout d’abord les compétences et qualités requises qu’il doit posséder ainsi que les différentes fonctions qu’il peut être amené à exercer.


I) Les compétences et qualités requises pour exercer cette profession :

Les compétences requises pour occuper un poste de conseiller agricole sont généralement acquises au cours de formations telles que les BTS ou d’ingénieurs généralistes agricoles ou agronomes. Au cours de ces formations, le futur conseiller agricole acquiert des connaissances précises des techniques agricoles et agronomes, des bases solides en gestion et en droit des entreprises, de bonnes connaissances des techniques de ventes et des circuits de distribution. Il possède des compétences techniques de base comme celles d’assurer l'information et le conseil individuel après analyse du fonctionnement de l'exploitation, assister l'exploitant dans la gestion de son exploitation et dans le montage de projets (établissement des perspectives d'évolution à moyen terme), organiser des actions de groupes (animation), participer aux actions de formation des exploitants (gestion, animation), diffuser les résultats de la recherche appliquée et effectuer le suivi des projets.

Cependant, de nombreuses qualités personnelles sont très appréciées pour pouvoir mener à bien les différents aspects de ce métier. Ces qualités, ou compétences particulières, sont par exemple le sens de l’organisation et de la rigueur dans le travail, le fait de pouvoir s’adapter et de se maintenir au courant de l’évolution de la Politique Agricole Commune (PAC) afin de conseiller les exploitations. Il doit ainsi s’informer régulièrement des réformes par exemple pour pouvoir informer ses interlocuteurs. Il est donc capable d’analyser, de synthétiser et de transmettre les informations qu’il collecte auprès de divers organismes comme les syndicats agricoles ou les organismes de recherche. Il doit savoir être à l’écoute mais également se faire écouter, il doit donc avoir le sens du contact et être pédagogue. Le conseiller est aussi un homme de terrain qui peut être amené à effectuer des déplacements. En fonction des lieux où il exerce (associations agricoles, syndicats, chambres d’agriculture…). Le conseiller agricole peut s’occuper de tâches administratives, de gestion, d’intendance… Le tout, évidemment grâce à la maîtrise de l’outil informatique.

Ainsi de part ses connaissances techniques et pratiques acquises en formation et de ses qualités personnelles, le conseiller agricole est un interlocuteur généralement apprécié des agriculteurs.

II) Les différentes fonctions exercées dans le cadre du conseil agricole


Les conseillers agricoles ont plusieurs champs d’activités et sont plus ou moins spécialisé dans différents type de conseil tel que :

Le conseil d’entreprise qui appui essentiellement les jeunes agriculteurs lors de leur installation, lors de projet d’agrandissement, ainsi que pendant de gros investissements…
Le conseiller agricole accompagne l’exploitant dans la conduite de son exploitation. Il analyse le fonctionnement global de l’exploitation, il réalise des diagnostiques de l’état des ressources de l’entreprise afin de mettre en place avec l’agriculteur un projet d’amélioration ou de développement personnalisé et adapté tenant compte de l’environnement de l’entreprise.

Le conseil technique durant lequel le conseiller assiste l’agriculteur dans la maitrise d’une production, d’une activité ou dans la mise en place d’actions plus respectueuse de l’environnement, en utilisant de nouvelles données issues des centres de recherche ou institue technique. C’est pourquoi le conseiller doit parfois se spécialiser dans un secteur de production précis tel que la viticulture, l’élevage, les grandes cultures… et se tenir informé régulièrement des nouvelles avancées technologiques.

Le conseil spécialisé porte sur un domaine pointu (technique de production, machinisme agricole, hydraulique...). Il s'adresse aux exploitants. Dans ce cas, le conseiller de terrain travaille en relation avec les conseillers d'entreprises.

Conseil en développement local ou l'animation de projet : le conseiller organise et anime également des réunions de groupes sur des thèmes précis (nouvelles réglementations, bilan technique…) et des actions de formation d’agriculteurs. Il construit des références agricoles locales ou régionales à partir des résultats de travaux expérimentaux, d’essais, d’enquêtes, de diagnostiques…
Il analyse les marchés régionaux afin d’identifier des débouchés et réaliser des études de faisabilité technico-économiques de nouvelles production

Il est l'intermédiaire entre l'agriculteur et les pouvoirs publics, les organismes de recherche et de développement et les industries.
Ainsi le conseiller favorise l’émergence et la réalisation de nouveaux projets agricoles individuels ou collectifs et assiste les exploitants face à ces divers projets.

La plupart des conseillers agricoles sont recrutés par des chambres d'agriculture. Mais ils peuvent aussi travailler pour un centre de gestion, une coopérative agricole, un groupement d'agriculteurs ou encore une association de communes. Une profession très recherchée actuellement.

Conclusion :

Le système du conseil agricole est destiné à accompagner les agriculteurs pour leur permettre de répondre aux exigences demandées en ayant recours à des conseillers ou à des expertises techniques de leur exploitation. Il a pour but de les aider à adopter des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, de la santé et du bien être des animaux.
Pour le moment, il s’agit d’un dispositif fonctionnant sur le principe du volontariat des agriculteurs.
Au point de vu Européen, les Etats membres doivent mettre en place ce système de conseil agricole. Une commission doit rendre une étude auprès de l’Union Européenne qui examinera en 2010 si le recours à ce conseil agricole pour les agriculteurs devra ou non devenir obligatoire.
Les modalités d’application concrète en France restent à définir dans l’immédiat.


Dernière édition par le Mar 18 Sep - 0:49, édité 1 fois
avatar
Elodie (VEN)

Messages : 15
Date d'inscription : 11/09/2007
Age : 35
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentations orales faites le 17 septembre par les CEN et l

Message  Elodie (VEN) le Mar 18 Sep - 0:47

Voila, je viens de mettre notre sujet, j'espere que ca pourra vous aider et interrsé!
Par contre pour les groupes qui on fait des power point, ca serai peu etre mieux de les envoyé, par e-mail, je ne sait pas si des filères autres que VEN et CEN sont interrssé il faudrai le faire savoir. merci
avatar
Elodie (VEN)

Messages : 15
Date d'inscription : 11/09/2007
Age : 35
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le type de poste dans le domaine de la Recherche et du Déve

Message  @nthony CEN le Mar 18 Sep - 18:30

Le type de poste pouvant intéresser un sortant en licence professionnelle dans le domaine de la Recherche et du Développement : définition des compétences requises

I) Qu'est ce que la recherche et le développement ?

La recherche et le développement (R&D) consistent en une investigation dans le domaine du génie et des sciences naturelles effectuée à l’aide d’expériences ou d’analyses en vue de l’avancement des connaissances scientifiques ou techniques.
La recherche est l’investigation initiale entreprise sur une base pour acquérir de nouvelles connaissances.
Le développement est l’activité entreprise pour appliquer les résultats des recherches ou d’autres connaissances scientifiques à la création de produits ou de procédés nouveaux ou nettement améliorés. S’il réussit, le développement se traduira généralement en produits ou procédés qui représentent une amélioration et pourront être brevetés.

Les travaux de Recherche et de Développement visent, respectivement :
- le seul progrès des connaissances ;
- le progrès des connaissances vers un objectif concret ;
- l'exploitation systématique des connaissances appliquée à une nouvelle réalisation.

II) Les types de postes et compétences requises ?

Un étudiant en licence professionnelle qui cherche à exercer dans le domaine de la recherche et du développement peut obtenir le grade de technicien ou d’assistant ingénieur. Ces deux types de postes, qui se déclinent spécifiquement dans chaque entreprise, nécessitent l’obtention de concours externes. Ils rassemblent des activités diversifiées et demandent un certain nombre de compétences. Les autres types de postes du domaine R&D ne sont pas accessibles directement à un sortant de licence professionnelle.

2.1 - Le poste de technicien

a - Activités

Bien que chaque entreprise et chaque institut aient ses spécificités, on distingue en général deux types de techniciens :
- Celui qui a une activité basée sur le terrain (Prise de données, suivi d’essais, prélèvements, etc.), il s’agit du technicien d’expérimentation ou d’essai.
- Celui dont l’activité se passe en laboratoire (Etude d’échantillons, analyse, etc.) c’est le technicien de laboratoire.
Recherche de documentation technique et scientifique, notamment en anglais, suivi des évolutions techniques dans son domaine de compétence.

Le travail d’un technicien regroupe plusieurs tâches. Sur le plan scientifique, il doit analyser la faisabilité et la mise en œuvre d'un protocole en fonction des outils d'analyse et des résultats disponibles. Par exemple, il peut avoir à réaliser des cultures ou élevages de matériels biologiques, ou des analyses spécialisées selon la discipline et l’objet.
Il lui est demandé de gérer l’utilisation d’appareils d'analyse, de salles d’expériences, de salles climatiques, de serres de confinement spécialisées… et d’appliquer, en situation de travail, des règles d’hygiène et de sécurité.
Il doit collecter des données sur cahier d’expériences ou supports numériques et transmettre un compte rendu de résultats.

Sur le plan de la gestion, le technicien aura à mettre à jour des dossiers de protocoles techniques et les communiquer aux utilisateurs. Il est aussi censé identifier les disfonctionnements et intervenir pour maintenir et assurer le niveau de performance, la surveillance et la maintenance des appareils collectifs. La gestion du matériel consiste en l’approvisionnement, le stockage et la distribution des consommables, la gestion des locaux, des magasins et ateliers.

Le technicien peut aussi avoir des fonctions de management :
Il doit organiser et vérifier un planning de travail et peut avoir à encadrer des adjoints ou/et des agents techniques. Il apporte conseil et formation aux utilisateurs à la mise en œuvre des techniques et à l’utilisation des appareillages, et un encadrement technique aux stagiaires de tous niveaux.

b - Compétences requises

Pour avoir le grade de technicien, le Bac est requis, ainsi qu’une formation dans le domaine scientifique. Le poste de technicien supérieur demande un diplôme de niveau Bac+2 type DUT ou BTS. L’année de licence professionnelle n’est pas obligatoire, mais elle apporte de nombreuses compétences susceptibles d’être utiles dans ce travail. Avoir une licence permet aussi d’évoluer plus facilement par la suite au sein de l’entreprise, par le biais des concours internes.

Un technicien connaît les règles et normes en vigueur dans son champ d’activités et sait les mettre en œuvre et les faire respecter. Il est capable de pratiquer une ou plusieurs techniques de son domaine et connaît les principes, le fonctionnement et les règles d’entretien des appareils utilisés dans son domaine. Il doit savoir rédiger ses résultats, et présenter un compte rendu d’expériences.

Il doit être capable d’apprendre des méthodes et techniques nouvelles (évoluer) et doit pouvoir analyser un problème technique et proposer des solutions pour le traiter.
En ce qui concerne ses qualités, un bon technicien doit être capable d’initiative, d’anticipation, d’organisation.
Il est préférable d’avoir des facilités pour communiquer ses connaissances et savoir faire en français et pour s’adapter à tout public.
Il doit aussi avoir un esprit d’ouverture et situer son intervention dans une procédure plus large afin de collaborer avec les autres intervenants.
Il est indispensable de savoir lire l’anglais technique de son domaine, et utiliser des logiciels informatiques pour le traitement des données (statistiques, modélisation), le pilotage d’appareillages, la recherche d’informations et la présentation des résultats.

D’autres compétences particulières peuvent être demandées en fonction du poste : par exemple, pour un technicien d’essai, des connaissances en itinéraires techniques, en physiologie des cultures et en statistiques sont requises. Des bases en phytopathologie, en biologie moléculaire ou plus généralement en techniques de laboratoire sont demandées pour un poste de technicien de laboratoire.

2.2 - Le poste d’assistant ingénieur

Le poste est connu sous plusieurs dénominations (assistant en techniques biologiques, etc.), avec de légères nuances, là aussi spécifiques à chaque structure.

a - Activités

Pour de nombreux points, les activités menées par un technicien et par un assistant se recoupent, mais il existe aussi certaines différences. De façon générale, le rôle d’un assistant ingénieur est d’analyser la faisabilité des protocoles mis en place : l’adéquation entre les objectifs, les outils et les moyens (financiers, humains et temporels). Il collecte des informations pertinentes pour le développement des projets.
L’assistant choisit et met en œuvre des techniques selon la spécialité.

Par la suite, il se charge de la mise en forme des données et procède à la première exploitation en veillant à la cohérence et à la qualité des résultats. Il alimente, organise et entretient des bases de données avec ses résultats, et collecte des données sur cahier d’expériences et des supports numériques. Il doit aussi surveiller la qualité, la cohérence et la traçabilité des données. Il a ensuite pour mission de communiquer ces résultats auprès des scientifiques.
Il a donc en général plus de responsabilités qu’un technicien au niveau de la mise en forme des résultats.

Il organise et gère des ateliers d’analyse et d’expérimentation et s’occupe du suivi et de l’entretien courant du matériel expérimental, de l’appareillage et de leur environnement.
En cas de disfonctionnements, il est chargé d’identifier le problème et d’intervenir pour le maintien du niveau de performances des actions en cours. Enfin, il a pour rôle de réceptionner le matériel de provenances diverses pour analyses spécifiques en laboratoire.

Un assistant a aussi un rôle de conseil et de formation des utilisateurs à la mise en œuvre des techniques et à l’utilisation des appareillages.
Il sait transférer son savoir-faire et apporter un encadrement technique.


b - Compétences requises

Le poste d’assistant ingénieur nécessite d’avoir un diplôme type Bac+2 (DEUST, DUT, BTS…), et demande des connaissances en sciences, agriculture avec une bonne connaissance du terrain.
Un bon assistant doit connaître les règles et normes en vigueur dans son champ d’activités et savoir les mettre en œuvre et les faire respecter.
Il faut savoir pratiquer un ensemble de techniques de son domaine et connaître les principes, le fonctionnement et les règles d’entretien des appareils utilisés dans son domaine. L’assistant ingénieur doit pouvoir rédiger ses résultats, synthétiser un compte rendu d’expériences, et en dégager les conclusions.

L’adaptabilité est aussi une compétence importante demandée, ainsi que l’initiative, l’anticipation et l’organisation.

L’assistant ingénieur doit être capable de transmettre ses connaissances et savoir-faire, en français et en anglais et de s’adapter à tout public.
Il doit être possible de participer à un colloque de son domaine en Anglais.
Des connaissances générales en discipline sont appréciées ainsi que de bonnes notions de management. Enfin, il faut savoir utiliser des outils informatiques pour le traitement des données.

III) Quelles sont les entreprises qui recrutent dans ce domaine ?

Les entreprises susceptibles de nous accueillir après une licence professionnelle dans le domaine de la recherche et développement sont :

Dans la région Champagne-Ardenne:

ARD (Agro Industrie Recherches et Développements) leur vocation est de trouver des valorisations en dehors de l’agro alimentaire traditionnel pour les agro ressources régionales, et pour les coproduits issus de la transformation de ces agro ressources. C’est un centre privé ayant pour actionnaires :

CRD (Céréales Recherche et Développement) à hauteur de 67,5 % du capital. CRD est une association de coopératives comprenant l’ensemble des coopératives céréalières de la région Champagne-Ardenne.


CRISTAL UNION à hauteur de 22,50 % du capital. C’est une Union de coopératives ayant pour activité le sucre au niveau industriel et de la bouche (sucre DADDY) ou au niveau de l’alcool et l’éthanol. Elle possède entre autre la nouvelle entreprise CRISTANOL spécialisé dans la production de bio éthanol.

CHAMTOR à hauteur de 10 % du capital. C’est une entreprise de production d’amidon et de sirop de glucose, ainsi que de protéines pour l’alimentation animale à partir de blé.

BIOATTITUDE commercialise des « écoproduits » basé sur l’utilisation de matière première végétale renouvelable, d’origine agricole. Actuellement un projet de laboratoire est en cours.
Pour mener à bien leurs engagements ARD à développer un concept de raffinerie végétale, regroupant plusieurs domaines d'activités :
 FRACTIONNEMENT DU VEGETAL : les produits issus du fractionnement peuvent être valorisés tels quels après purification ou servir de matière première pour des transformations par fermentation, chimie verte ou chimie des matériaux.

 FERMENTATION

 CHIMIE VERTE : synthèse de tensioactifs à partir de pentoses issus de son ou de paille de blé et de coupes grasses végétales, en partenariat avec Europol’ Agro de Reims et l’Agrice.

 CHIMIE DES MATERIAUX

 ENVIRONNEMENT : Tests de biodégradabilité, d’écotoxicité, et méthode de mesures de nuisances olfactives pour jury d’odeurs.

GOEMAR est une autre entreprise localisé à St-Malo qui utilise comme matière première les algues marines (principe physio actif).
Elle travaille sur une gamme de bio stimulants pour les grandes cultures, l'arboriculture et la viticulture. Elle possède également une branche cosmétique.

Des organismes comme l'INRA ou le CNRS sont abordables par le biais des concours dans le domaine de la Recherche et le Développement
avatar
@nthony CEN

Messages : 47
Date d'inscription : 17/09/2007
Age : 33
Localisation : Bègles (33)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentations orales faites le 17 septembre par les CEN et l

Message  Jérémie le Mar 18 Sep - 20:56

Très bonnes synthèse sur la R&D. Ayant bossé dans ce domaine, je n'aurais pas fait mieu à dire vrai Smile
avatar
Jérémie

Messages : 102
Date d'inscription : 05/09/2007
Age : 33
Localisation : Reims (51)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentations orales faites le 17 septembre par les CEN et l

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum